Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/31/d610745385/htdocs/clickandbuilds/Jeuxducatifsenligne/wp-includes/pomo/plural-forms.php on line 210
Machines agricoles_612 - Récolte des céréales - Tests & Jeux éducatifs en ligne
Dernières nouvelles
Accueil / Machines agricoles avant 1920 / Machines agricoles_612 – Récolte des céréales

Machines agricoles_612 – Récolte des céréales

612 – Récolte des céréales
‘ Les rateaux sont sous le contrôle du conducteur
qui peut, même en marche, rég!er la
grosseur des javelles en faisant glisser un levier
en face de numéros placés sur une crémaillère;
ces numéros donnent le nombre de javeleurs et
de rabatteurs qui correspond à la grosseur de
la javelle que l’on veut obtenir.
Un dispositif spécial permet à l’arbre moteur
de transmettre le mouvement lent nécessaire
aux rateaux et le mouvement rapide indispensable
à la lame de scie.
Cette machine présente, pour les exploitaHons
peu importantes, le grand avantage
d’être a deux fins, et de pouvoir servir soit
comme faucheuse, soit comme moissonneuse.
Elle évite ainsi l’achat de deux machines distinctes.
Moissonneuse-javeleuse. On réserve
ce nom à des machines très voisines des faucheuses-
moissonneuses et qui ne peuvent servir
qu’à la coupe des céréales. Ces machines
sont toujours portées sur une seule roue motrice
très large et munie de cannelures qui
organe de coupe, un rabatteur conduisant les
tiges vers la scie, un transporteur et un élévateur
qui les déversent sur la table de liage ou
la gerbe est égalisée, comprimée et liée. Cette
dernière est enfin expulsée et tombe sur le sol.
Nous ne dirons rien de l’organe de coupe,
il est en effet en tous points semblable à celui
des faucheuses et des moissonneuses dont nous
avons déjà parlé. Les doigts sont relevés à
leur extremité afin de pouvoir pointer la machine
dans les récoltes versées sans crainte
de s’engager dans le sol.
A l’organe de coupe sont joints, comme pour
les faucheuses, deux séparateurs qu’on fait
ordinairement de plus grande dimension. Le
rabatteur est composé de 5 à 6 lattes en bois
mobiles autour d’un axe horizontal animé d’un
mouvement de rotation continu. Suivant les
constructeurs, un ou deux leviers permettent
de modifier la position des rabatteurs par le
transport de l’axe horizontal en haut ou en
bas, en avant ou en arrière. ,
Les rabatteurs peuvent donc être abaissés
jusque sur la barre coupeuse ou relevés pro-
~’ig, 1352 – lloissonneuse-licuse à tracteur
augmentent l’adhérence. Tous les organes, sauf
le siège du conducteur, sont du même cüté de
la roue. Nous y retrouvons les organes déjà
décrits : organe de coupe, tablier et rateaux
rabatteurs ou javeleurs. Le conducteur a à sa
disposition un levier d’embrayage. Lorsque
la machine est débrayée ou qu’elle voyage sur
route, il n’y a que la roue motrice qui tourne,
tous les engrenages restent fixes. Le conducteur
règle ëgalement à volonté la grosseur de
la javelle au moyen d’un deuxième levier. Le
tablier est à charnière et peut être replié pour
le transport.
Moissonneuse-lieuse. – Contrairement aux
machines que nous venons ·de décrire, la moissonneuse-
lieuse permet d’obtenir d’un seul
coup, la récolte des céréales en gerbes égales
solidement liées et disposées parallèlement
sur le sol.
Les lieuses, portées par une seule roue mo-
1rice (fig. 1352), d’assez grand diamètre, à jante
large et munie de nervures, comprennent : un
portionnellement pour le travail dans lE’ cas
de récoltes très hautes. Au contraire, ces rabatteurs
sont avancés afin de redresser les
récoltes versées ou tourbillonnées.
Le transporteur a pour but de transporter
la récolte parallèlement à la scie. Il est constitué
par un tablier sans fin tendu sur des rouleaux
en bois. Ces rouleaux sont munis dE’ tendeurs
permettant de donner à la toile
la tension désirée. A la fin de la journée,
on desserre le tendeur pour mettre le transporteur
à l’abri de la , tension produite par
l’humidité de la nuit, on le remet en place le
lendemain au moment de la reprise du travail.
L’un des rouleaux du transporteur est en relation,
au moyen d’une chaîne de transmission,
avec l’arbre moteur.
Les élévateurs prennent les tiges coupées à
l’extrémité du transporteur, et les élèvent audessus
de la roue motrice jusqu’à la table de
liage. Ils sont constitués par deux toiles sans
fin paraUèles tournant autour de rouleaux en
bois, en sens inverse.