Dernières nouvelles
Accueil / Soudure électrique / soudure-electrique_Soudure à l’arc électrique

soudure-electrique_Soudure à l’arc électrique

Encyclopédie pratique de mécanique et d'électricité Quillet de 1924

Soudure à l’arc électrique
sée sur la pièce à souder; on reliait l’électrode
à un pôle et la pièce à souder à l’autre.
On allumait au moyen d’un charbon un
arc entre l’extrémité mise à nu de l’électrode
t:t la pièce. La gaine fondant en même temps
que l’électrode, l’arc se déplace le long de Ir.
soudure qui s’effectue absolument automatiquement
sans qu’on ait à s’en occuper.
Ce système marche très bien sur de petites
longueurs, mais dans ce cas il n’est pas économique,
le temps nécessaire à l’installation
de l’électrode étant plus grand que celui qu’on
économise ei. ne tenant pas l’électrode à la
main pendant la soudure. Pour des longueurs
un peu grandes, il arrive souvent que l’électrode
se déplace pendant le travail.
La recherche de ce procédé de soudure a
amené M. STnOHMENGER à faire une électrode
qui donne des rt:sultats remarquables pour
la soudure .à l’arc. Il a imaginé de disposer
autour de la baguette d’acier un fil. d’aluminium
qui est recouverte par la gaine isolante.
Pendant la soudure, la gaine en fondant
donne un laitier abondant, de sorte que Ir
métal à souder et le métal ‘apport sont complètement
protégés contre l’oxydation.
L’.aluminium absorbe d’ailleurs les petites
quantités d’oxygène qui pourraient penétrer
et empêche même la décarburation du métal
de l’électrode. Le jet de métal fondu qui
s’écoule de l’électrode dans l’arc et le métal
qui vient d’être déposé sont tellement
bien protégés que lorsqu’on enlève la couche
de laitier qui recouvre la soudure, lt: métal est
parfaitement blanc brillant. Ce laitier se détache
d’ailleurs de lui-même lors du refroidissement
de la pièce. Le laitier étant beau·
coup plus léger ‘que le métal, flotte à la sur-
. face de celui-ci, et il est relativement facile
avec un peu d’habitude d’obtenir des
~oudures ne contr.:r.ant pas la moindre scorie.
La soudure s’effectue en te1unt !’électrode
1ians une pince qui amène le courant. Sauf
pour les très fortes épaisseurs. il n’est pas
nécessaire de marteler le métal qu’on vient
de déposer. Lorsque la quantité de métal à
apporter est très grande, il faut déposer plusieurs
couches successives; dans ce cas il est
bon d’enlever le laitier avant de mettre une
nouvelle couche de métal.
Ce procédé fonctionne aussi bien avec du
courant continu qu’avec du courant alternatif.
Lorsqu’ori emploie du courant continu, il
faut brancher en série une résistance de réglage.
AYec du courant alternatif, on fait le
réglage au moyen d’une bobine de self ou
d’un auto-transformateur spécial. On peut
brancher le poste de soudure sur un secteur :
en courant continu, il faut absorber avec un
rhéostat la différence de la tension du secteur,
110 volts, par exemple, avec 1a tension
nécessaire à la soudure, 30 volts environ;
ce qui occasionne une perte d’énergie. Avec
une bobine de self, cette réduction se fait
sans perte.
On utilise des électrodes de différents diamètres
suiv,ant les épaisseurs de métal à souder.
On emploie, en général, une électrode de
diamètre égal à l’épaisseur de la tôle, jusqu’à
5 m/m environ. Au-dessus, il est préférable
d’employer des électrodes plus petites.