Dernières nouvelles
Accueil / Essais des moteurs thermiques

Essais des moteurs thermiques

Mesure de la puissance des moteurs 230

essais-des-moteurs-thermiques_page_18

expérience, des effets d’inertie se produisent, ils sont faciles à discerner sur le graphique et ne peuvent se confondre avec les courbes interprétatives des phénomènes qui se passent clans le cylindre du moteur. A la hauteur à laquelle le piston se meut, le cylindre de l’enregistreur est pourvu d’une circulation d’eau qui le maintient à une température convenable pour empêcher ... Lire la suite »

Enregistreur Mathot 229

essais-des-moteurs-thermiques_page_17

limite la course par un arrêt, de façon à obtenir, à une échelle relativement grande, les dépressions et les résistances qui se traduisent respectivement par la position de la courbe correspondante, soit en dessous, soit au-dessus de la ligne atmosphérique (fig. 460 Il y a lieu de supposer que la dépression constatée sur le graphique est due en partie à ... Lire la suite »

Enregistreur Mathot 228

essais-des-moteurs-thermiques_page_16

pression correspondante en ce point. Cet appareil est en réalité un enregistreur d’explosion qui permet non seulement de relever le nombre d’explosions dans un temps donné, mais done encore les diagrammes; il représente un progrès dans la technique des essais. La figure ·457 montre l’enregistreur Mathot monté sur un moteur à essence. La figure 458 montre l’appareil monté sur un ... Lire la suite »

Enregistreur Mathot 227

essais-des-moteurs-thermiques_page_15

clef courbe spêciale, le couvercle à encoches A qui ferme la partie supérieure du cylindre; lorsque ce couvercle est entièrement dévissé, on tire la partie supérieure de l’instrument suivant l’axe et on amène ainsi tout ensemble le piston avec sa tige, parallélogramme et son support. Pour placer un ressort, le piston étant m.onté et l’appareil en état de fonctionner, on ... Lire la suite »

indicateur Garnier 226

essais-des-moteurs-thermiques_page_14

pied du cylindre. Une tige verticale permet indicaur Carnier. – Cet appareil de fixer à hauteur convenable un collier v porte (fig. 455) un ressort placé à l’extérieur, portant le réducteur de course lui-même. comme cela se lait couramment aujourd’hui La disposition indiquée ci-dessus qui consiste à séparer le réducteur de course de l’indicateur lui-même est préférable à toute autre quand ... Lire la suite »

Indicateur Maihak 225

essais-des-moteurs-thermiques_page_13

celle qui suit le mouvement de la tige du piston. k est le guide qui maintient la direction de la ficelle. o est la petite poulie (représentée à gauche sur la figure 450 et à droite sur Fig. 450 l’élévation de la figure 451) d’où part la ficelle pour aller s’accrocher sur un crochet fixé à la tige du piston. ... Lire la suite »

Indicateur Maihak 224

essais-des-moteurs-thermiques_page_12

relatifs à une machine à vapeur, ceux de la figure 447 concernent un moteur à benzine de 800 tours par minute. Pour relever des diagrammes sur une ma· chine, on peut~ ou utiliser deux indicateurs, un à chaque extrémité du cylindre, c’est la \ • Fig. 447 \si pendant les relevés de diagrammes, on li· 1 disposition la plus recommandable, ... Lire la suite »

Indicateur Maihak 223

essais-des-moteurs-thermiques_page_11

partie filetée de la tige. Si on visse k vers le bas (fig. 441) le cône 1 du fond 2 se pose sur le cône 3 du pied du ressort f et relie le tambour avec la poulie à gorge i. Lors du mouvement descendant, la goupi:lle à ressort s est refoulée doucement vers le bas par son contact avec ... Lire la suite »

Indicateur Maihak 222

essais-des-moteurs-thermiques_page_10

Dans l’indicateur Maiha~ on a remplacé la pièce 15a, peu pratique a cause du rapprochement des points 17 et 17 a, par un contretirant 15 articulé en 20. La longueur de ce contre-tirant n’est pas arbitraire. Elle a été choisie de telle manière que le crayon de l’indicateur soit toujours sur la droite qui joint les points 12 à 17. ... Lire la suite »

Indicateur Maihak 221

essais-des-moteurs-thermiques_page_09

On s’est efforcé en général de faire des équipages mobiles extrêmement légers pour que leur faible inertie ne crée ·que le moins possible d’oscillations qui se traduisent sur les diagrammes de machines à grande vitesse par des lignes ondulées (fig. 435). II est d’autant plus nécessaire que l’équipage mobile ait une faible inertie que l’indicateur doit fonctionner sur une machine ... Lire la suite »